Patrimoine architectural

COLOMBIER

Rue du Château 1, infirmerie

Sous le Motier, Château de Colombier (ancienne tonnellerie, caserne des carabiniers)

Coordonnées géographiques :

2556203 / 1201892

N° bien-fonds : 13_2271

MIS SOUS PROTECTION LE 21.03.1905
MIS A L'INVENTAIRE LE -


RECENSEMENT ARCHITECTURAL - RACN
CATEGORIE 1
DATE EVALUATION 20.04.1994





NOTE 0

N° fiche informatique

13-901

Fiche(s) informatique(s) complémentaire(s)

Référence(s)

13.5.1.01., ZAL 183

13-118 château; 13-966 vieux château; 13-970 aile E; 13-971 aile N; 13-973 tour-porte NO; 13-972 aile O; 13-891 fontaine dans la cour; 13-901 anc. pressoir N; 13-974 porte NE; 13-967, 13-968, 13-969 annexes NO; 13-911, 13-916, 13-917 arsenal; 13-408 aile S arsenal; 13-713 arsenal SO; 13-410, 13-912, 13-913, 13-914: annexes SE

© OPAN 2003-09-15

La note RACN concerne tout l'objet, pas uniquement la partie représentée sur cette image

TYPE DE BATIMENT ET MOTS-CLES : château résidentiel/palais/manoir, château-fort, caserne, musée, infirmerie, pressoir, cave, tonnellerie


Pour l'histoire complète du site du château de Colombier et de la place d'armes, voir la fiche 13-118. Au Nord du château, le chemin menant au lac est bordé d'un long bâtiment édifié entre 1529 et 1564 pour abriter tonnellerie, cave et pressoir. Des pierres d'attente ou des arrachements indiquent soit un projet plus important mais inachevé, soit la présence antérieure d'une portion d'enceinte médiévale. Le petit bâtiment à l'équerre de la tonnellerie, avec une galerie de bois, était occupé par une étable avant d'accueillir le logement du tonnelier, puis du casernier au XIXe siècle. En 1842, la tonnellerie est transformée pour abriter les carabiniers et une batterie d'artillerie. Les murs sont exhaussés et percés de nombreuses fenêtres et portes ; les travaux sont tellement importants qu'en 1845 le Conseil d'Etat trouve à l'édifice les caractéristiques d'une construction neuve plutôt que réparée. En 1908-09, la caserne dite des carabiniers est transformée en infirmerie (caserne n°3, aujoud'hui n°6) par l'Intendance des bâtiments de l'Etat ; cette intervention et celle de 1912-13 (qui déloge le casernier) s'inscrivent dans le cadre de la restauration générale de 1905-1934 qui répond à une approche dite archéologique: fouilles et études ponctuelles, conservation et mise en valeur des parties anciennes (traces dans les maçonneries, baies et décors à l'extérieur), mais aménagements intérieurs nouveaux répondant aux besoins de l'armée. Interventions ponctuelles d'entretien durant les années 1950-60. Le bâtiment connaît une nouvelle rénovation en 1984-85, par Urscheler & Arrigo, architectes, à Neuchâtel, lors de la campagne d'assainissement de la place d'armes (1978-87). La fonction d'infirmerie a été conservée, mais les chambres redimensionnées et les installations modernisées. (mars 2017, cdr, alj et cp) Référence dans l'inventaire HOBIM: Installation 5202, objet n° CI (Infirmerie).



AVERTISSEMENT

Les fiches descriptives sont disponibles pour les objets mis sous protection et mis à l'inventaire, ainsi que pour ceux figurant en notes 0 à 4 du recensement architectural du canton de Neuchâtel (RACN).
Pour les autres fiches et celles qui ne sont pas encore mises à jour, s'adresser aux services d'urbanisme des communes ou à l'OPAN pour toute information complémentaire.



© Office du patrimoine et de l'archéologie du canton de Neuchâtel, 17.11.2018